J'ai un peu changé mon fusil d'épaule avec mes épinard. je voulais en faire une sauce pour les pâtes, mais en se levant à ... l'heure où je me suis levée (hum... 14h... Non, pas de problème avec le décalage horaire...) (le prochain qui me parle de jet lag parce que c'est plus classe que décalage horaire, je lui fait bouffé ma pire recette à base de lentilles, et je la connais assez pour savoir que c'est violent), bref à 14h, j'avais pas envie de pâtes. 

 

Donc on a mangé ma spécialité préférée du monde (pour les prochaines trois heures) c'est à dire le petit déjeuner/déjeuner de quand on a la tête dans le pâte : le brunch. 

Dans un brunch, à minima, il faut du thé, du jus, des œufs et du truc le plus trop meilleur au monde, du pain bien frais bien mis en valeur.

Donc première étape, les noeunoeufs.

 

Les œufs

 

C'est relativement simple, il ne faut qu'une heure, ça tombe bien, à 14h, personne n'a faim, c'est bien connu.

Le matériel pour deux parts : 

- deux oeufs (éviter ceux de caille, c'est pas du jeu)

- une petite poignée de lardons, ou deux tranches de bacon de mon boucher (qui est une sorte de rôti proche du jambon fumé et pas du tout gras) ou une tranche de bacon anglais (là, ça serait de l'ironie de dire que c'est pas gras)

- une passoire de grandes pousses d'épinard (ou petites, mais c'est plus cher et je n'ai pas vu la différence). Les épinards surgelés, ça le fait, mais comme ya plein de pipinards français en ce moment au marché, et qu'avec le temps qu'il fait, je ne suis pas sûre qu'on puisse voir d'autres légumes pendant un moment...

- de la ricotta (parce que suite à la recette précédente, yen a encore pleins)

 

Première étape, trouvez des petites vérines qui vont au four. Nous on a des bols en porcelaine moches qui font très bien l'affaire. 

Si vous avez pris de bacon français, il vaut mieux beurrer les bols. Si c'est les deux autres types de charcuterie, le gras, ça devrait aller. 

Disposez au fond des bols des petits bouts de charcuterie, puis réservez les bols. 

Occupez vous donc des épinards, donc prenez les pousses d'épinard. 

Posez les pousses d'épinard et allez repêcher le premier chat qui pèche dans les bols. 

Tout en tenant le premier chat, courrez après le deuxième qui s'est enfuit avec des pousses d'épinard (ou ne courrez pas, mais du coup, il faudra nettoyer le vomi d'ici une heure). 

Après avoir copieusement engueulé les chats, qui vous ont promis que non, ils ne recommenceraient pas, avec leurs tout mignons petits yeux, retournez à vos épinards. 

Il faut prendre feuille par feuille, la plier en deux et couper la tige. J'avoue que je n'ai quand même pas la moindre idée de pourquoi je fais ça. A ce stade, vous devriez voir trois truffes dépasser du comptoir et humer l'air environnent. 

Une fois que vous aurez rempli complètement la passoire, vous en aurez marre, et vous aurez dans le résultat final trois cuillère à soupe d'épinard. Oui, c'est déprimant. Rincez les épinards à l'eau et secouez la passoire pour sécher. Puis déchiquetez les épinards en petits bouts. Pour le faire efficacement, je vide la passoire d’épinards sur la planche et avec un couteau, je dessine une grille donc chaque ligne et chaque colonne fait 1 centimètre. Après, c'est peut être trop scientifique pour de la cuisine, alors déchiquetez à la main comme on fait de la laitue, ça marche aussi. N'oubliez pas le pansement sur le doigt, le sang dans la nourriture, c'est répugnant.

Dans une poelle, mettez un mini fond d'huile l'olive et une mini lichette de beurre. Je vais pas revenir sur les notions de chauffage d'huile évoquées dans mon brillant post précédent, mais Puisque les épinards se cuisent à feu doux, il vaut mieux préchauffer à feu doux. Vous voila re prévenu. 

Envoyez un coup de rouleau de sopalin a la truffe qui s'est trop approchée de la planche à découper pleine d'épinards. Ca laisse le temps de chauffer l'huile. Balancez dans l'huile les épinards, ça sent divinement bon cette odeur verte et un peu acide au bout d'une seconde (alors que cette saloperie d'épinard a zéro odeur quand tant qu'ils sont crus, ça ne les rend pas simple à reconnaître chez le maraicher qui met toutes les herbes et salades dans le même cageot. Sûrement parce qu'il veut démontrer que les citadins ne savent pas du tout à quoi ressemble un épinard tant qu'il est pas surgelé). Il faut tourner avec une spatule pour bien envelopper d'huile. Quand les feuilles seront rabougries, ça sera cuit, mais il faut pas attendre trop longtemps parce que je sais pas pourquoi. Mais c'est mieux. Quand elles sont bien rabougries, vous pouvez rajouter la ricotta et bien mélanger jusqu'à ce que la ricotta soit complètement mélangée avec l'eau pleine de chlorophylle. Je n'ai pas la moindre idée d'où vient cette eau, puisque j'en avais pas mis. Ke ne pense pas que ça soit le reste l'humidité de lavage des épinards, parce que yen a trop. J'imagine que c'est du jus d'épinard ? Je suis ouverte à toutes les hypothèses.

Répartissez les épinards entre les deux bols par dessus de la charcuterie. La quantité ne devrait pas vous faire étouffer. Puis prenez les oeufs. 

Ce n'est pas la peine de frapper le chat qui aura été se pourlécher de la casserole vide dans l’évier. D'une part parce que frapper les chats, c'est mal. Puis surtout parce qu'il va se cramer avec le fond d’épinards brulants. D'après les livres, il devrait se tenir pour toujours éloigné des casserole dans l'évier. En pratique, vous le reverrez demain au même endroit. 

Pour les œufs, c'est facile, séparez le blanc du jaune. Mettez le jaune sans le casser par dessus les épinard, un par bol. Mettez le blanc dans une jatte (et là, prenez vous pour peau d'âne et chantez "qu'ils soient du matin frais" en mettant vos manches dans la jatte et en nananant la suite des paroles dont jamais personne ne se souvient. 

Si vous aimez gagner du temps sur une recette qui ne prend après tout qu'une heure, mettez les deux blancs dans la même jatte. Après, je ne vous juge pas si vous aimez perdre votre temps et préférez faire blanc par blanc. Mettez une petite cuillère (ouiiiiii pour le gars à coté du radiateur, dans le fond, ça peut se remplacer par le crème, flûte avec la crème). Battez les blancs et la rico... le truc blanc que vous aurez choisi, jusqu'à ce que ça soit bien homogène et bien moussu (la mousse n'a pas d'intérêt mais ça fait joli). puis versez sur chaque bols, pour bien recouvrir le jaune (il sera protégé et donc coulant à la fin de la cuisson). Si vous avez, mettez du poivre du Sichuan par dessus, mais si vous n’êtes pas à jour de la dernière mode et que vous en avez pas, du poivre et du thym, ou pas de thym, ça le fait aussi. 

Il faut cuire les bols 5 à 8 minutes au four à 210°C. ça a l'air rapide, sauf que comme vous l'avez préchauffé 10minutes, en fait, non. Bon, vous l'avez vu, je suis une ardente partisante de la simplicité (mouhahaha) je signale par honneteté intellectuelle que les œufs cocottes se cuisent parfois au bain marie. Comme au bout d'un moment, les trucs donc je ne vois pas l'intérêt, ça me casse les pieds, j'ai pas essayé.

Alors, là, vous avez une chouette recette d’œuf, mais quel rapport avec le pain, me direz vous. Pour manger ça, il faut des mouilettes !!! j'adooooore l'odeur du pain grillé (on le saura). Sauf qu'on peut pas faire griller le pain en meme temps que le four tourne, parce que c'est la même prise. Ou alors cuisez le au four. Par contre n'installez pas une multiprise où vous brancherez le four, le grilel paine t le frigo. Ya des limites à ce qu'on peut imposter à une multiprise.

Apres la cuisson, vous aurez un joli bol de mousse blanche épaisse, un peu maronnie sur les bors par la cuisson, qui cache un jaune coulant, par dessus un lit d'épinards gouteux et des lardons salés. La meilleure partir, c'est apres avoir fini le bol, ce petit jus vert et salé qui reste et qu'il faut bien saucé.



Avec ce mini bol, vous allez vraiment, vraiment pas vous étouffer, malgré les mouillettes et le pain grillé. 

Vous faites comme vous voulez, mais moi, au brunch, j'adoooore le porridge. 



Le porridge

Le porridge est un plat génial qui a une splendide odeur, proche du pain (fil conducteur, faut suivre) mais aussi de la paille qui sentirait bon. Avec l'odeur du lait chaud (qui est neutre, mais en locurence se marrie très bien avec celle des céréales). Au niveau de la texture... Bin, c'est de la bouillasse. Moi je préfère sans sucre ni rien, mais celui en face préfère sucré comme un riz au lait (berk berk). Du coup comme yavait plus de sucre de canne (eeeeerk) il a tenté avec du sirop d'érable (Pouaaaaark). Les derniers retours mentionnent que c’était plutôt bon (= super bon n'importe où ailleurs que dans sa bouche) et qu'il faudrait re goûter pour en être sur (= j'en reveux ) ). 

Le porridge, c'est débile à faire sur le papier. 80g de flocon d'avoine et un demi litre de lait pour deux bols. On attend que le lait bout (à feu doux !!) puis on rajoute les flocons en pluie et attendre que ça soit de la bouillasse qui colle à la cuillère retournée. Mais ya une raison si les anglais ne le font casiment plus et préfère l'acheter en instantané...

L'arnaque du poridge, c'est que ça brûle 1 seconde après qu'on ait arrêté de mélanger. Du coup, il faut mélanger sans s’arrêter pendant toooooooute la cuisson. J'ai l'impression que ça prend 30 minutes du coup, mais je crois que ça doit être une dizaine de minutes en réalité. 

Servez le porridge dans les bol, si il est encore un peu poisseux, il gélifiera dans les bols froids, donc ça le ferra.

Curieusement, mes chats ne semblent pas aimer le porridge, donc ça se niveau, je n'ai pas besoin de guerroyer. 



Le thé. 

C'est très simple, allumez la bouilloire, 1 litre. quand ça bloubloute mais pas complètement, mettez 25cl dans une casserole, tournez bien et jetez l'eau, ça a réchauffé la casserole. Mettez 50cl d'eau dans cette casserole. Mettez une cuillère à café de earl grey raffiné. Il n'y a que la bergamote qui puisse se marrier avec du pain. attendez tout pile 3 minutes. Mettez les 25 cl restant d'eau dans une théière, remuez puis jetez l'eau. Quand le thé infuse depuis 3 minutes, prenez un chinois et passez le contenu de la casserole à la théière en passant par le chinois (si sert à retenir le marc de thé).

Je précise que je n'ai pas la moindre idée de à quoi sert chimiquement toutes ces préparations. Néanmoins, tout autre méthode d'infusion du thé mérite la peine de mort. 

L'utilisation de boules à infuser, instrument toujours sale, toujours rouillé, qui empêche le thé d'infuser uniformément dans toute l'eau, mérite la peine de mort très douloureuse.

La réutilisation du marc de thé du chinois dans le but de se refaire une tasse mérite, en plus, de se faire avant amputer la langue.

Mais sinon, c'est très simple.  



Mettez le beurre, la confiture, les 16 toasts (un minimum) les œufs, le porridge, le thé, le jus de fruit sur la table. Puis essayez de trouvez encore un peu de place pour les couverts et les verres. 

Attention, les couverts sont un sujet épineux. Je trouve ça bizarre de manger un repas complet à la cuillère, alors je prend un fourchette. Donc il en reste la moitié dans mes bols. Moitié que finira mon voisin de table.

Il est maintenant 15h30, bon appetit.