ça fait une éternité que j'ai rien posté. Je voulais juste mettre en ligne un petit dessin du soir. Mais finalement, je vais pousser un coup de gueule que personne ne lira, puisque réussir à poster ce dessin aura été très compliqué.

- Le premier point concerne l’évolution des réseaux sociaux.

Je lis partout que l'âge des blog est en train de se finir au profit de twitter ou d'autres réseaux sociaux (rajouter ici la musique du seigneur des anneaux). Au départ, je me disais que sûrement pas, on ne partageait pas du tout la même chose sur un blog et sur twitter. 

Puis je me rend compte que je passe maintenant très peu de temps sur un pc (en dehors du bureau, évidement) et beaucoup sur un téléphone. ça veut pas dire que je ne dessine plus ou ne fais plus rien à coté, mais comme je ne démarre plus un pc, je ne les poste pas en ligne. Pour les dessins, c'est évident que je suis obligée de passer par pc et un scanner, mais pour les doudous cousus, je ne devrai pas avoir d'excuses... Le fait est que canalblog ne me semble pas non plus évoluer avec moi, et que si c'est possible de faire un post de mon blog sur mon téléphone, avec des photos prises via le téléphone, simplement et avec une jolie interface, bin j'ai raté l'info quelque part. 

Alors, les blogs vont-ils mourir au profit de twitter couplé avec un support quelconque pour partager des photos ? J’espère pas, parce que à défaut de tenir le mien (j'ai jamais non plus été un modèle de tenancière de blog) je continue à en suivre pleins.

- L'évidence de l’obsolescence programmée

C'est vrai que j'ai maintenant la flemme d'allumer un pc, mais je crois sincèrement que mon nombrilisme et mon amour de l'auto promotion de mes griffonnages foireux (et l'envie de les mettre en couleur, ce que je fais uniquement sur GIMP) me poussent quand même aller sur un pc de temps en temps. Alors pourquoi est ce que je n'ai rien posté depuis perpète ? 

Mon PC chéri a rendu l'âme. Mais quand même. C'était très confortable de squatter le canapé dans toute sa longueur, allongée avec un pc portable sur les genoux. J'étais devenue une déesse du touch pad, et j’étais capable de gimper des trucs de fou à la sueur de mon index. Du coup, comme je n'utilisais le pc plus que pour ça, je ne faisais aucune mise à jour, et j'avais une version parfaitement stable de Ubuntu dont je connaissais tous les secrets nécessaires à mon utilisation. Mais quand même. J'aurai carrément pu faire un effort pour retourner à l’inconfort de la chaise et emprunter le pc fixe de Namûreux. apprendre à me servir de windows 7. S'en est mêlé mon scanner, qui a maintenant 5 ans. J'avais acheté un super combiné pendant ma licence, soit il y a plus de 5ans. Il fonctionne très mal sur le pc tout neuf de Namûreux.

Quand je vois la merde que c'est pour l'installer, parce qu'il est vieux, puis la merde du scanner qui ne marche pas parce que la cartouche d'encre de l'imprimante est pétée (logique, n'est ce pas), je râle, parce qu'il n'est évidement pas question que je m’achète un scanner neuf alors que j'en ai un qui marcherai très bien s'il n’était pas combiné à une imprimante. Allez, un petit effort, c’était les arguments que j'ai entendu dès mon bac en faveur du libre.

Sauf que ça marche pas non plus des masses sur ubuntu, et après un moment sans avoir vu les nouvelles versions d'ubuntu, je suis complètement larguée. Je n'ai jamais été une intégriste du terminal. J'aimais le gestionnaire de paquets. Entre entre lui et google, je savais chercher quand j'avais un problème, retrouver un paquet au nom abscons, qui moyennant sa désinstallation et installation d'un autre, résolvait tout mes problèmes. Mais ubuntu, ça vit. Ils ont fait une nouvelle version toute moche et pourrie, semble-t-il à la mac. Je ne sais pas comment raisonnent les "mac-eux" (les gens qui utilisent des mac) mais l'interface me dépasse complètement, et comme c'est pas mon pc, j'ai pas envie de m'investir des heures pour trouver comment revenir sur gnome. Du coup, même faire les pauvres mises à jour post installation, ça m'a vite saoulé. Je le retrouvais même pas mon gestionnaire de paquets. Et quand je l'ai trouvé, dès que je bougeais de fenêtre pour voir sur google ce qu'il en était, le gestionnaire est allé se réfugier dans une barre à gauche, que j'avais prise pour une barre de lancement rapide. Mon désarroi était palpable. Puis, je suis une boulette, mais dans chaque domaine, 10 minutes d’énervement, je redémarre et ç'est reparti comme en 39. Sauf que non ! En suite, des plantage à répétition sur les installations alors que je lis partout que "sur les nouvelles versions d'ubuntu, ça marche avec ce qui est installé par défaut" me saoulent. Je finis par me dire que c'est parce que c'est pas mon pc, et que je ne m'investis pas assez. Namûreux ne manque pas de prévenance en la matière (peut être parce qu'il a peur que je finisse par faire voler son pc par la fenêtre). Toujours est-il qu'après m'avoir installer un dual boot pour m'épargner d'aller dans le bios et faire démarrer sa version qui était originellement installée sur un disque dur externe, après m'avoir faites toutes les mises à jour (puisque je mettais beaucoup de mauvaise volonté pour mettre à jour son noyau) après avoir fait une imposition des mains sur le scanner pour qu'il veuille bien scanner, après avoir mis par défaut une session en gnome pour que j’arrête de le saouler avec l'IHM, il a fini par émettre un léger soupir quand je l'ai fait venir pour un "selectionnez un répertoire d'enregistrement valide". Ouais, bon, carrément que j'y met de la mauvaise volonté. Je suis pas une petite vieille manchote, en temps normal. En temps normal, je suis sur mon pc, sur mon canapé... 

J'ai pas fini de râler, hein. Parce que malgré tout notre savoir faire, si on veut scanner une deuxième fois, il faut redémarrer. J'dis ça, j'dis rien. Et encore, c'est moins pire que l'état sous window (parce que j'ai essayé aussi, hein, maintenant, le site de HP n'a plus de secret pour moi, sa doc est super claire, sauf qu'elle résout pas les problèmes que j'ai rencontré sur window 7). 

Peut être que si je devais être entièrement honnête, je devrai signaler que le problème ne venait pas seulement de l'obsolescence programmée de feu mon brave pc et de mon pas brave scanner (au bout de 5 ans, merde quoi, elle dirait quoi ma grand mère si je lui disais que j'ai acheté l’équivalent de 6 vélos en euros et de 15 intoxications au plomb, mercure et métaux lourds de petits enfants en inde au niveau environnemental, il y a 5ans, et que je dois refaire pareil cette année parce que Monsieur fabricant de pc et Monsieur fabricant de scanner ont décidé qu'il fallait que je recommence ! je m'acharne, mais le téléphone à fil antédiluvien de ma grand mère, je l'ai toujours connu je le connais encore !), le deuxième problème, c'est que mon adaptabilité et ma digital nativité, elles sont d'autant plus réelles que j'aime pas avoir besoin de les utiliser ! Le petit frère de Mafalda dirait que la situation n'est pas assez bonne qu'on puisse se permettre de changer des OS qui fonctionnent très bien, pour le plaisir de m'obliger à savoir m'adapter ! Vous me rétorquerez qu'ils marchent pas si bien et que justement c'est pour ça qu'on les change. Bin qu'on les corrige ! Et laissez moi mes IHM telle que je les connais. 

Super transition énervée qui me conduis directe au troisième point qui n'a rien à voir avec le fait que je ne poste plus des masses. En parlant d'éditeurs qui me changent mes habitudes : 

- Google reader disparaît en juillet !

Quand j'ai vu ça, j'ai cru que s’était une blague. Genre, un matin, google se réveille et se dit, tiens, c'est clair que les blogs ça meure. Du coup, on va accélérer la mort, hein, parce qu'on a l'outil de suivi des flux RSS le plus utilisé du marché (je crois)  avec une appli smartphone (qui m'a toujours fait râler (oui, c'est une habitude) mais qui était parait-il particulièrement bien faire, (ça promet pour le niveau des autres) alors on va la fermer. 

Là, franchement, monsieur Google, tu m'as grave saoulé. 

Franchement. je t'ai vu fermer d'autres trucs que tu proposais. Google wave, même si on avait joué pas mal avec quand on s'ennuyait en cours, ça m'a pas traumatisé. Une page de plus de ma prime jeunesse qui se fermait. Les autres applis fermées m'ont d'autant moins marquées que dans la majorité des cas, je ne les avais jamais utilisé. 

Par contre, fermer google reader, c'est la loose ! Je suis 185 sites avec google reader (la moitié sont morts, ok, mais j'ai pas envie de faire le ménage). C'est absolument certain que je n'irai jamais sur 185 sites tous les jours pour voir si quelqu'un a posté quelque chose. Le matin, je démarre ma journée en faisant le tour des nouveautés. Le tri est méga rapide, ça m’intéresse, ça m’intéresse pas. Alors oui, aucun doute là dessus, il y aura d'autres applis. Mais comme vu ci dessus, ça me saoule par avance de les trouver, d'en comprendre la logique, d'exporter ma liste de liens. de la réimporter. D'installer une nouvelle appli. Je me sens vraiment trahie par google sur ce sujet. J'avais déjà abondement ralé quand j'ai compris que google avait supprimé le bouton pour partager sur google reader. Ma maman aussi, puisqu'elle ne suivait que mon google reader sur google reader, ça nous permettait de partager facilement des articles. Mais j'avoue qu'au moment du changement j'ai mis un temps fou à comprendre qu'on m'avait jarreté le bouton, et que c’était effectivement pas moi qui avait manchoté et ne le trouvé plus. Encore une preuve que le changement, même pour les digital natives, ça pue. 

Les enfants, soyons sérieux. Ok, google, c'est une entreprise, ok, ils font des choix de rentabilité. Mais moi, je ne suis pas une entreprise qui "a pris un risque". Je suis quelqu'un qui s'est fait chier à apprendre le vélo pour qu'on lui annonce que le vélo est maintenant obsolète, et qu'il faut remplacer mon moyen de locomotion par tricycle qui se pédale avec les mains et dont on change les vitesses avec les pieds. Et ma réponse, ça sera pas celle d'une entreprise qui a pris un risque en mettant ses œufs dans le même panier. Cette entreprise, elle va se dire, ok, google, je revoie ton contrat d'exclusivité. Moi, qui ne suis pas une entreprise, je suis blessée, on a outre passé ma confiance. Ma réaction est émotionnelle. Google, tu pues, finalement. Je me doute que je dois pas te confier toute ma vie, mais soyons sérieux, tu as tout fait pour que je le fasse. Du coup, tu as tous mes mails, toutes mes réunions, tout mon téléphone, tout mon navigateur web, Tu aurais pus avoir aussi mes données externalisées. L'accord implicite, c’était que tu étais trop big pour fall, et du coup, tu devais continuer à exister. Maintenant, j'ai plus confiance. Mes photos, je vais peut être les imprimer. Mes mails, je vais peut être les exporter... 



Finalement, l'informatique (dénomination de mon grand père) ça aime changer tes habitudes. Mon post fait bien petite vieille frustrée. Aucun doute. Ya moins de cinq ans, pendant un barbeuk, on m'a parlé de ce nouveau truc, "twitter". Je connaissais pas, on a essayé de m'expliquer. ça m'a un peu échappé, "mais à quoi ça sert ?". Tout le monde a rigolé, "un truc de beubeus". Pour tout le monde, twitter se résumait à l'anecdote du mec qui y avait connecté sa chasse d'eau, et postait automatiquement un twit chaque fois qu'il tirait la chasse (hoax ou pas, la flemme de vérifier). Aujourd'hui, twitter remplace aux yeux de tout le monde les flux rss. Le paysage "informatique" se renouvelle effectivement quelque chose comme tous les 5 ans. Je me suis cassée les pieds à créer un compte twitter, à en comprendre les codes, à trouver des twittos cools à suivre. Dans cinq quand, je pourrai mettre toute ces connaissances (à la con) à la poubelle, et devrai comprendre le nouveau fonctionnement d'un nouveau truc. Du coup, dans pas longtemps, on se foutra complètement de ce que tu sais, ce qui primera, c'est le temps qu'il te fait pour l'apprendre. Fait chier la nouvelle société "digitale". 

N'oublions pas qu'on parle pas du tout du contenu, hein. On parle uniquement du contenant. Du coup maintenant, tout tourne autour du contenant. Le contenu doit s'habituer au contenant. L'utilisateur aussi. Est ce que c'est logique, ça ? 



Bon, je m’arrête là pour ma gueulante. 

 

Voila le fameux dessin qui m'aura tant fait raler. En valait-il la peine ? (C'est rhétorique, manifestement pas...)

 

 

 

salle_commune