[attention, post blablateu]

J'aime beaucoup ce blog http://linconnudumetro.metrofrance.com/ même si jusqu'à rescement je ne comprenais pas la démarche. Globalement, l'auteur interview en quelques stations de métros des inconnus. Dans ses remarques, elle souligne elle même que les post sont souvent superficiels, et que les interviewées ne sont pas forcement des panels représentatifs des usagers du métro. 

Et puis l'auteure a proposé qu'on lui envoie des interwiew qu'on aurait fait d'inconnus dans les transports. L'idée m'a amusée, mais je ne me voyais pas aller demander à un type inconnu en pleine heure de pointe s'il avait quelque chose à me raconter.

Puis, j'ai pris le métro, et j'ai entendu une voix de petite fille "Eeeeuh, est-ce que quelqu'un pourrait m'aider ?". C'etait à l'heure de pointe, et j'ai vu pas mal de têtes se tourner. Je pensais que c'etait une petite fille qui cherchait sa station. En fait, non, une clocharde est passé "bonjour, c'est Monique, est ce que quelqu'un peut m'aider ?" et elle secouait une boite devant le nez des gens qui s'etaient pris de passion pour le curtage de leurs ongles. Au début, je me suis dit "oh, non, une claudo" puis je me suis souvenue des interwiew, et je me suis dit que Monique, c'etait surement la fille de quelqu'un, ou qu'elle avait peut etre vu un truc qui mériterait qu'on le raconte. 

C'est là que j'ai compris la démarche de Marie Dinkle. Tant que des gens, c'est "le gars qui fait la manche" ou "le jeune qui a mis sa musique de sourds", on peut avoir peur d'eux "ouais, mais il peut etre violent si tu lui donne rien" ou "mais on sait jamais quand les jeunes vont sortir un canif". Alors que le jour où le mendiant devient "Gérard qui a pas eu de chance parce qu'il s'est fait viré, mais c'est temporaire, parce que l'assistante sociale lui a dit..." ou que le jeune devient "Momo, qui trouve que le plus important, c'est le respect, et qui passe son bac en juin mais là il allait chez sa tante", là, d'un coup, on a plus peur. 

La "catho prout-ma-chère qui embrigade les scouts" c'est en fait "Marie Angélique qui apprend des chansons paillardes aux gamins quand elle les sort pour qu'ils restent pas chez eux" et "le viel arabe qui est renfermé sur sa communauté" c'est Mohammed, qui a fait la guerre d'indochine, mais qui propose à Marie Dinkle de venir boir le thé" (ça m'a beaucoup marqué http://linconnudumetro.metrofrance.com/)

Donc j'aime beaucoup ce blog. Je le trouve trés utile, et je comprend que si on interview une pote à un café, on perd tout l’intérêt de la démarche de Marie Dinkle. Finalement, le jeu c'est de trouver la personne dont on ne comprend pas l'attitude, ou dont on a peur en sachant que c'est surement irrationnel et d'aller les voir, parce que quand on aura fini de leur mettre une étiquette mais qu'on leur aura donné un nom, on aura appris quelque chose. 

 


 

Tout ce long blabla que normalement je vous aurai epargné amène à ce post.

Le méta conclusion que je tire de la conclusion que j'ai tiré de la démarche de Marie Dinkle, c'est que parfois, pour comprendre, il faut tester.

Dans cette logique, je retrouve sur un truc de blog que je ne comprend pas, prendre en photo le contenu de son sac. Je m'étais dit que en testant, je comprendrais mieux.

Bin, non, en fait, j'ai pas compris. 

Alors je poste, pour voir si c'est le fait de le partager. 

 

sac

 

Mais franchement, je suis pas convaincue. J'ai peut etre réalisé que j'étais hypocondriaque et tête en l'air en le faisant, mais sinon, je ne vois pas ce que je tire de cette "extraction bagagière". Faut peut être un peu de temps, c'est peut être une question de retours (que je ne pense pas avoir sur ce blog), mais je vais peut être remettre en question le statu d'axiome de ma méta conclusion.